À qui s’adresse la Réorganisation Neurofonctionnelle® ?

Comme énoncé ci-dessus, au départ, Béatriz Padovan cherchait à comprendre et à aider les enfants présentant des difficultés dans les apprentissages scolaires (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie).

Très vite, elle s’est rendu compte de la comorbidité des troubles chez ces enfants.

Ainsi, avec cette approche, nous considérons la demande du patient comme le symptôme apparent, visible, mais qui traduirait un dysfonctionnement plus profond du système nerveux.

Christine Graillot

Troubles développementaux

Ce travail est proposé d’une part aux patients présentant des troubles développementaux : retard psychomoteur, retard de parole ou de langage, tous les troubles « dys » (dyslexie-dysorthographie, dyscalculie, dyspraxie, dysphasie etc.) ou les troubles du spectre autistique.

D’autre part, il est très intéressant de proposer cette approche aux patients présentant des lésions neurologiques (IMC, AVC, maladies neurodégénératives) ou organiques (fentes vélo-palatines par exemple). Ici les troubles apparaissent à un moment bien déterminé dans la vie du patient.

Christine Graillot

Intégration neurosensorielle

Les patients présentant des maladies génétiques peuvent également tirer profit de ce travail sur l’intégration neurosensorielle globale. En effet, pour la plupart des maladies génétiques, on remarque encore une fois que plusieurs fonctions sont souvent touchées (motrices, langagières, cognitives, comportementales).

Nous connaissons tous cette phrase évoquée en langage courant « La fonction crée l’organe. », nous savons actuellement que cette loi vaut aussi pour le cerveau, et cela grâce à l’une de ses propriétés qu’est la plasticité neuronale.

« La neuroplasticité ou plasticité neuronale pourrait se définir comme l’ensemble des manifestations traduisant la capacité des neurones à se modifier et se remodeler tout au long de la vie. »

(http://www.neuroplasticite.com)

« Il est aujourd’hui possible de donner au système nerveux d’un enfant en difficulté une seconde chance de se développer comme il aurait dû le faire. » (M-C Maisonneuve)

 

Pauline Murat